Comment fête-t-on Noël en Roumanie et en Moldavie ?

Les fêtes d’hiver ont une importance primordiale pour les Roumains. Ceci étant dit, Noël reste la plus importante fête de l’année pour eux et elle est célébrée avec générosité. Célébrée le 25 décembre chaque année, cette fête a gardé toute sa tradition religieuse et son folklore.

La religion en Roumanie

La Roumanie, pays fortement marqué par la foi et la spiritualité, est une république laïque où l’Orthodoxie domine nettement avec plus de 85% de croyants. Parmi les autres confessions, les catholiques (5%) et les protestants (3,5%) sont les plus nombreux. Pendant les années du communisme, la religion a été marginalisée, mais après la chute du Ceaușescu en 1989, elle a connu une forte expansion d’où la construction de nombreuses églises dans tout le pays.

La tradition de la Saint Ignace d’Antioche : le cochon.

Les préparations pour la fête de Noël commencent bien avant afin que tout soit parfait pendant la période de fêtes. La fête de Noël débute donc avec le sacrifice du porc après le jour de Saint Ignace d’Antioche, le 20 décembre. On raconte que la nuit d’avant l’Ignace, les cochons rêvent qu’ils vont être tués. Cette tradition aurait ses origines dans la période préchrétienne quand les hommes sacrifiaient leurs animaux, essentiellement des cochons, et les donnaient comme offrandes aux Dieux comme un remerciement de l’année qui vient de s’écouler. Après l’abattage du cochon, la peau est brûlée et les poils enlevés au couteau. Ensuite, la viande de porc est minutieusement préparée : saucisses maison appelés « tobă » ou « caltaboși », la gelée de viande dite « piftie », la couenne ou « șorici » et les fameuses « sarmale » qui est le plat préféré des Roumains – feuilles de choucroute farcies de viande de porc hachée assaisonnées avec des différentes épices. Après avoir essayé tous ces plats à base de viande, il faut s’adoucir avec un peu de « cozonac » qui est une sorte de brioche sucrée et du vin chaud.

Moș Crăciun ou Moș Gerilă

Père Noël ou Moș Crăciun comme il est connu aujourd’hui en Roumanie a été interdit pendant 50 ans durant l’époque communiste. Lorsque les communistes sont arrivés au pouvoir, ils ont pris leur distance avec l’Eglise car ses valeurs n’étaient pas compatibles avec leur doctrine. En Roumanie, un pays à forte majorité orthodoxe, on a détruit des églises et on a mis au placard certaines traditions comme : le Père Noël, Saint-Nicolas et Pâques, des symboles que les communistes voulaient effacer de la conscience collective.
À cette époque, le Père Noël fût remplacé par un alter ego laïc au nom de « Moș Gerilă » ou « Père Du Gel, inspiré d’un personnage soviétique « Ded Moroz ». Vêtu d’habits rouges et blancs, Moș Gerilă venaient apporter des cadeaux aux petits, mais cela avait lieu le 30 ou 31 décembre sous l’arbre d’hiver « pom de iarnă » et non pas sous le sapin de Noël (bradul de Crăciun).

La tradition du sapin et des chants de Noël en Roumanie

Traditionnellement, le sapin était décoré le 24 décembre, mais aujourd’hui les roumains préfèrent le mettre plus tôt. Il est conservé jusqu’à la Saint Jean le 7 janvier. Dans la religion orthodoxe il n’y a pas de crèche.
Après avoir décoré le sapin, les enfants ainsi que les adultes dans certaines régions du pays partent dans leur village ou quartier, pour chanter de maison en maison. Ils s’appellent des « colindători ». Ces chants de Noël ont un caractère religieux et annoncent la naissance du bébé Jésus Christ. Les « colindători » reçoivent selon la tradition des bretzels dits « colaci », des beignets, des bonbons, des pommes, soit de l’argent. Les petits comme les grands vont ensuite aller à l’église pour participer à la messe de la Nativité. Dans la nuit du 24 au 25, Père Noël ou « Moș Crăciun » passe dans chaque foyer où les enfants ont été sages pour leur laisser des cadeaux.

Traditions en campagne roumaine

À la campagne, la tradition du chant de Noël prend une autre dimension. Les « colindători » portent de beaux costumes traditionnels, des cloches, des tambours et des fouets et font du bruit pour éloigner les mauvais esprits. Dans certaines régions de la Roumanie, les chants sont accompagnés par des danses comme l’Ours ou la Chèvre (en Moldavie et Bucovine surtout).

La danse de l’Ours en Bucovine et en Moldavie

La danse de l’Ours est un rituel ancestral unique au monde qui se prépare dans la période de Noël au Nouvel An au nord de la Roumanie (Moldova, Bucovina, Maramureș). Des gens costumés dans la fourrure de l’ours ornées de pompons colorés, parfois comportant même des pattes avec des griffes aiguisées ainsi qu’une tête d’ours, font une danse rituelle d’après le rythme d’un tambour. Ceux habillés dans les costumes d’ours, dits « ursari », imitent les mouvements, le comportement et le bruit de l’ours. Le rôle de ce rituel est d’éloigner les mauvais esprits et marquer le passage à la nouvelle année.

La danse de la chèvre en Bucovine et en Moldavie

La danse de la Chèvre ou « mersul cu capra » (aller avec la chèvre) est une autre tradition festive roumaine qui a lieu aussi pendant la période des fêtes d’hiver. C’est une danse rituelle ancienne frénétique, accompagnée par les sons de fouets, de cloches et de battements des tambours. Elle signifie la mort et la renaissance, le moment du passage à la nouvelle année. La chèvre est représentée par un jeune homme qui porte un costume multicolore, vêtu d’un « macat », une couverture de laine avec divers motifs et dessins, avec des vraies cornes de chèvre ou de cerf et d’autres pompons colorés. Le jeune homme est accompagné par d’autres personnages qui symbolisent des bergers, des vieux hommes et de vieilles femmes ainsi que des danseurs habillés en costumes traditionnels roumains. Ils vont de maison en maison où ils vont danser et sauter pour effrayer les hôtes. Cette vieille coutume a pour objectif de chasser les mauvais esprits et d’apporter la chance et le bonheur pour cette nouvelle année.

Le menu de Noël en Roumanie

Le soir de Noël, lorsqu’on attend que les « colindători » sonnent à la porte pour annoncer la naissance du Jésus Christ, tous les Roumains et leurs invités sont en pleine préparation de délicieux plats de Noël. Après avoir écouté les chants de Noël et avoir participé aux magnifiques danses de l’Ours ou de la Chèvre, on peut enfin s’asseoir à la table. On commence par les entrées composées de răcituri ou piftie (gelée de viande), des différents types de saucisses de porc garnies de murături et de la charcuterie traditionnelle comme la tobă et le șorici (couenne). Si tous ces produits à base de viande de porc sont de trop, on peut se laisser tenter par le caviar d’aubergines, les œufs farcis ou la salade de « icre » qui est une salade d’œufs de poisson. Afin de s’hydrater un peu, on peut boire du vin chaud ou de la țuica ou pălinca (eau de vie avec des spécificités régionales) qui se boivent également chauds et auxquels on peut ajouter quelques grains de poivre. La țuica est connue pour ouvrir l’appétit et ouvre vers la continuité du repas de Noël avec une ciorbă de perișoare ou avec les délicieuses sarmale accompagnées d’un peu de crème fraîche et de polenta. Et comme on ne peut finir un tel repas sans un dessert copieux et savoureux à souhait, il faut goûter le fameux cozonac le temps d’attendre Moș Crăciun avec ses cadeaux.

La fête de Noël en Roumanie est une période de l’année toute particulière et les roumains apprécient particulièrement cette période faste et familiale de l’année. C’est pourquoi il leur tient à cœur de respecter toutes les coutumes et traditions du pays. Les fêtes d’hiver en Roumanie sont emplies de traditions, de superstitions et d’habitudes transmises de génération en génération. La gastronomie tient une place à part dans cette période enchanteresque qui la rend encore plus belle.

Si les « sarmale » et le « cozonac » ne vous ont pas encore convaincu de passer un Noël en Roumanie, peut-être que les danses de la Chèvre ou de l’Ours le feront. Crăciun fericit!

Petit rappel de vocabulaire roumain en cette période de fêtes de fin d’année :

  • Joyeux Noël: Crăciun fericit !
  • Père Noël: Moș Crăciun
  • Bonne année: An Nou Fericit ! La Mulți Ani! (à utiliser en toutes circonstances en fait pour cette deuxième partie : anniversaires, fêtes…).
  • Chants de Noël: colinde

Les bons petits plats de Noël :

  • sarmale – feuilles de choucroute ou de vignes (selon la région) farcies de viande de porc hachée assaisonnées avec des différentes épices
  • salată de boeuf (salade russe) – légumes cuits à la vapeur (ou bouillis): carottes, céleris, pommes de terre, petits pois, légumes en saumure (cornichons, piments-tomate et tomates vertes), le tout émincé et mélangé avec des olives, de la viande de boeuf cuite et coupé en fines lamelles, et lié avec une mayonnaise.
  • ciorbă de perișoare – soupe de légumes un peu aigre au son fermenté, avec des boulettes de viande de porc.
  • Rôti de porc – assaisonné de légumes en saumure ou de salades composées ou de « mujdei de usturoi » qui est une sauce épicée roumaine et moldave, composée de gousses d’ail concassé et broyé en une pâte, salées et mélangées énergiquement avec de l’huile végétale, souvent d’eau et huile de tournesol, ou encore avec de l’eau.
  • Racituri ou piftie (gelée de viande) – pieds, oreilles et tête de cochon en aspic, accompagnés d’une salade de betterave et de raifort râpés, conservés dans un mélange d’eau sucrée et de vinaigre.
  • Des saucisses fraîches de porc, qui seront ultérieurement grillées ou frites, garnies de murături – cornichons, piments-tomate, tomates vertes, betterave, carottes, poivrons rouges Kapia en saumure.
  • Divers produits de charcuterie traditionnelle: tobă – intestins de porc farcis de gelée de viande, de foie et de couenne; caltaboș – sorte de boudin.
  • Cozonac – brioche farcie de fruits secs et de cacao qui exige une longue préparation commençant tôt la veille de Noël. Le pétrissage de la pâte doit durer plusieurs heures. La farce se compose quant à elle de noix pilées, de raisins secs, de vanille, de rhum, de rahat ou lokum.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Quel est le cadre législatif du travail en intérim en France ?

Un travailleur intérimaire bénéficie des mêmes avantages que le salarié permanent de l’EU pendant toute la période de sa mission.

Lire plus
Comment fonctionne le système fiscal français pour un travailleur étranger ?

Les impôts sont définis comme des sommes prélevées par les administrations publiques auprès des individus et entreprises, directement ou indirect...

Lire plus
Qu’est-ce que WISE ?

Wise est une néo-banque britannique spécialisée dans le transfert d’argent qui compte plus de 3 millions d’utilisateurs dans le monde.

Lire plus
Guide d’Utilisation Transferwise

Pour s’inscrire chez TransferWise, il faudra suivre quelques étapes :

Lire plus
Uploading